Soulager l’endométriose grâce à Livia

odile

« L’endométriose est une maladie fréquente qui touche 10 à 15 % des femmes en activité génitale. On n’en connait pas la cause avec certitude ; on sait qu’il y a une part génétique et on commence à incriminer des facteurs environnementaux comme les perturbateurs endocriniens. Les règles douloureuses sont souvent un premier signe d’appel, mais il ne faut négliger aucune autre plainte.

En effet, l’endométriose, ce sont des petits îlots de muqueuse utérine (l’endomètre) qui ont migré le plus souvent dans le pelvis (trompe, ovaire, vessie, rectum, péritoine et tous les tissus qui entourent ces organes), et moins fréquemment au-delà (foie, poumon, peau…). Or l’endomètre, où qu’il soit, évolue tout du long du cycle, il s’épaissit, puis saigne au moment des règles. C’est ainsi que se développent des nodules d’endométriose, des kystes endométriosiques ovariens et des adhérences. La maladie devient alors chronique, se surajoutant alors des douleurs permanentes et/ou lors des rapports sexuels, des risques d’infertilité et un retentissement psychologique bien compréhensible.

Une part du mécanisme de la dysménorrhée (douleurs de règles) s’explique par l’adénomyose où l’endomètre, au lieu de rester en surface de la cavité utérine, s’infiltre dans la paroi musculaire de l’utérus. Des douleurs de règles qui ne s’améliorent pas avec un traitement simple doivent impérativement faire évoquer le diagnostic d’endométriose afin que cette maladie ne reste
pas méconnue (comme c’est souvent le cas) et surtout pour qu’on puisse la prendre en charge. En l’absence de désir de grossesse, le traitement de première intention est la pilule ou un progestatif en continu afin de mettre l’endomètre au repos. En deuxième intention on peut, avec les analogues de la LHRH, mettre la femme « comme en ménopause » pour quelques mois pour assécher les lésions. La chirurgie par coelioscopie a aussi sa place à la fois pour faire le diagnostic de certitude, évaluer les lésions et traiter celles qui sont accessibles. »
Odile Bagot, gynécologue à Strasbourg*

Livia peut soulager les douleurs liées à l’endométriose

Livia est un appareil médical de classe 2a et enregistré à l’ANSM qui soulage instantanément et aussi longtemps que nécessaire les douleurs liées aux règles, grâce à l’électrostimulation. 3 études cliniques sur 228 femmes souffrant de règles douloureuses sévères ont été menées par des laboratoires indépendants pour prouver l’efficacité de cette solution naturelle et sans médicament. Les résultats ont montré que 87% des femmes ont été soulagées grâce à Livia et ont permis de réduire leur consommation d’antidouleurs.

Pour une femme atteinte d’endométriose, cela se traduira par une diminution significative de la douleur perçuediminution d’en moyenne 1/3 selon les études cliniques) de telle sorte à rendre la douleur supportable. Diminuer sa consommation de médicament, ne plus rater un jour d’école ou de boulot sont les autres avantages que Livia peut apporter à ces femmes.

Livia-ventre

Elles souffrent d’endométriose et ont testé Livia

carla

Atteinte d’endométriose, je cherchais un moyen non médicamenteux de soulager mes douleurs! En me baladant sur le site de Livia et en consultant les avis positifs des utilisatrices, j’ai décidé de sauter le pas! Je suis ravie de cet achat qui soulage mon quotidien! Je recommande vivement Livia !!
Carla, 21 ans

Je suis plus que ravie de mon investissement, Livia a vraiment changé mon quotidien moi qui souffred’endométriose. Honnêtement, je le recommande les yeux fermé à toutes celles qui comme moi ne savent plus comment gérer leurs douleurs. Merci Livia <3

Laetitia H. 24 ans 

Laetitia-avislivia

céline-livia

Maman de deux enfants en bas âge, j’ai entendu parler de Livia.
Je suis atteintes d’endométriose et d’adenomyose.
Depuis un an se sont des prises continues d’antidouleur à haut pallier.
Infirmière je me décide donc de trouver une solution pour diminuer ma prise d’antidouleur et améliorer mon confort de vie. 
Ayant entendu les bienfaits de Livia de bouche à oreille je me décide.
Au bout de quelques séances , j’ai senti une amélioration et une diminution de mes pics douloureux qu’ils soient abdominales ou aux niveau lombaires.
Une utilisation simple , compact, discret et pratique dans son étui de transport. Je peux le porter lors de mes déplacements. Une solution innovante et surprenante.  Une Agréable découverte !

Céline C. 28 ans

J’ai longuement hésité à investir dans l’appareil Livia. J’étais sceptique sur son efficacité mais ayant des règles douloureuses et une suspicion d’endométriose, je me suis dit que ça valait le coup de tenter… J’ai donc pris le coffret complet et je n’en suis absolument pas déçue! Première impression un peu surprenante mais agréable et puis déjà le soulagement! Incroyable, je n’aurais jamais cru qu’un si petit appareil pouvait aussi bien fonctionner ! Depuis je le recommande à toutes mes amies ayant aussi des règles douloureuses, je les pousse à franchir elles aussi le pas,c’est un appareil miracle! Je ne voudrais plus m’en passer.

Géraldine,27 ans 

géraldine

Livia aux côté des femmes à l’endoMarch le 30 mars 2019

endomarch2019

L’endoMarch 2019 consacrera une journée entière d’actions militantes à laquelle Livia est partenaire et se joindra pour informer, sensibiliser, être aux côtés de ces femmes et participer financièrement à la recherche.

*Le Dr. Odile Bagot est spécialiste en gynéco-obstétrique, ancien chef de clinique des hôpitaux et diplômée de gynécologie psychosomatique. Sous son pseudonyme de Mam Gynéco, elle est l’auteur du Dico des nanas et du Dico des femmes enceintes chez Hachette. On peut la retrouver sur son blog http://mamgyneco.wordpress.com et rejoindre une communauté très sympa de femmes de tous âges sur sa page Facebook  

*Les témoignages sont issus d’utilisatrices du Livia. Via 3 études cliniques, 87% des sujets, qui souffrent de règles douloureuses sévères et qui ont utilisé Livia ont déclaré être soulagées. Les résultats individuels peuvent varier d’un individu à l’autre. Vous retrouverez toutes les études cliniques ici.